Un autre regard sur Gretz-Armainvilliers - 1 -

Publié le 22 Août 2011

Cela faisait bien quatre ans  que je n'étais pas retournée  à Gretz-Armainvilliers.  Que de changement dans cette petite ville. En venant de la gare, je suis passée devant le passage à niveau pour arriver au coeur de la ville. Un rond point très fleuri avec toujours sur la droite le restaurant mythique "Le Marguerit." Lui heureusement continue bravement à exister alors que plus loin le "Tournebride" n'existe plus. Hélas !

 

IMGP1972  IMGP1973

 

 

 

Quand je suis arrivée tout à fait par hasard vivre à Gretz-Armainvilliers c'était en 1974 avec mon mari et mon fils âgé de trois ans. Un logement de fonction par le Ministère de l'Agriculture et je me trouvais transportée radicalement à la campagne, moi qui venait de Montmartre !

Au début, j'ai pesté par une vie au ralenti. Puis petit à petit je me suis organisée et j'ai changé ma façon de vivre tout en continuant à travailler  au début à Paris. Mon fils était inscrit à l'école maternelle et automatiquement j'ai fait des rencontres intéressantes avec des parents qui étaient parachutés dans ce village pour des raisons professionnelles ou avaient choisi délibéremment de quitter Paris pour une autre qualité de vie à la campagne.

Petit à petit, les voyages Gretz-Paris commençaient à m'user. L''Eole n'existait pas encore et il fallait presque une heure pour rejoindre la capitale.  Quand on a habité Paris, les transports aussi longs sont déroutants surtout pour aller travailler.  Pertit à petit, j'ai commencé à aimer Gretz et j'ai quitté mon travail sur Paris. Totalement intégrée, j'ai goûté avec bonheur cette nouvelle vie. Pour mon fils, plus de cantine le midi, plus de nounou..et à nous les balades à vélo !

A cette époque, rue de Paris, j'avais mes commerçants attitrés : pour acheter ma laine, ma coiffeuse, et radar le magasin incontournable.Aujoourd'hui, c'est un hard discount qui remplace Radar, le "fil en aiguille" pour la couture et le tricot est en vente, les banques absorbent de plus en plus les petits magasins... 

En face, la mairie avec son légendaire coq est toujours en place. La poste a rogné sur le jardin de la mairie mais c'est toujours aussi fleuri.

 

IMGP1982

 

IMGP1974  IMGP1975

 

IMGP1977   IMGP1978

coquelicots et pieds de vigne

 

IMGP1980

le Petit Prince veille sur le jardin fleuri

 

 

.

Rédigé par Marie de Mazan

Publié dans #Gretz Armainvilliers - la riche héritière

Repost 0
Commenter cet article