Exposition sur Enfance Impériale - Le Roi de Rome, fils de Napoléon Ier - Château de Fontainebleau

Publié le 12 Mars 2011

’enfance d’un prince héritier, être un enfant dans la France du XIXème siècle... Grâce à d’importants prêts et aux exceptionnelles collections du musée Napoléon Ier, est brossé un portrait émouvant de Napoléon II, l’Aiglon rendu célèbre par Edmond Rostand.

Commissaires de l’exposition

Christophe Beyeler,
Vincent Cochet,
conservateurs du patrimoine.

Exposition organisée par le Château de Fontainebleau

Avec le soutien de la Manufacture Prelle.

Catalogue publié par :

Les Éditions Faton,
168 pages,
Prix 19 €.

Communication et relations presse :

Jacques Dubois
tel. 01 60 71 50 73
port. 06 89 46 94 12
jacques.dubois[a]culture.gouv.fr

Exposition du 28 février au 23 mai 2011

Restauré et entièrement remeublé au sortir de la Révolution par Napoléon Ier, le château de Fontainebleau était particulièrement apprécié de l’Empereur qui y a séjourné à de nombreuses reprises, jusqu’aux fameux Adieux à la Garde, le 20 avril 1814.

Depuis 1986, un musée Napoléon Ier a été créé dans d’anciens appartements de princes aménagés sous l’Empire, afin de présenter d’insignes souvenirs historiques (tableaux, meubles, objets d’art et d’orfèvrerie, armes, documents et habits) ayant appartenu à l’Empereur et sa famille, entrés dans les collections publiques à l’instigation de leur héritier, le prince Napoléon (1914 - 1997).

En 2009, une galerie de Meubles a été créée afin de présenter au public une sélection des exceptionnelles collections de mobilier et d’objets d’art du château de Fontainebleau qui ne pouvait être exposée dans les appartements pour des raisons de cohérence historique. Au sein de ces collections, les créations du Consulat et du Premier Empire constituent la plus importante réunion au monde (en qualité et en quantité) de meubles de cette période.

S’appuyant à la fois sur ce prestigieux passé napoléonien et sur la présence d’une collection unique, l’exposition Enfance impériale, le Roi de Rome, fils de Napoléon met en lumière les premières années du futur et éphémère Napoléon II (du 4 au 6 avril 1814 et du 22 juin au 7 juillet 1815), l’Aiglon popularisé par Edmond Rostand. Elle s’inscrit dans le cadre du 200e anniversaire de la naissance du prince impérial, Napoléon Charles François Joseph Charles Bonaparte (20 mars 1811 – 22 juillet 1832) et fait suite à Noces impériales, le mariage de Napoléon et Marie-Louise, exposition programmée en 2010.

Héritier de l’Empire français, l’enfant tant attendu est titré Roi de Rome dès sa naissance. Ce titre rappelle au Pape que Rome, certes deuxième ville de l’Empire, n’est que le chef-lieu de l’un des 130 départements français. Napoléon, qui vient d’épouser la petite-nièce de Marie-Antoinette, s’inscrit de nouveau dans la filiation de l’Ancien Régime, en recréant pour son héritier une « Maison des enfants de France » sur le modèle d’alors.

Grâce aux œuvres sélectionnées et à la force d’évocation des souvenirs (l’exceptionnel mobilier d’apparat, l’important trousseau constitué de linge de berceau, de linge de toilette, d’habits, de souliers, les tout premiers jouets d’éducation du Roi de Rome…) l’enfance d’un prince héritier au début du XIXe siècle renaît. Par delà les premières années de ce prince d’une dynastie nouvelle, c’est l’enfance de cette époque qui est évoquée. La diffusion de l’image du Roi de Rome - en particulier à l’occasion du baptême - fait l’objet d’un soin particulier que met en valeur la dernière partie de l’exposition.

J; Dubois /Communication et Relation  Presse

Rédigé par Marie de Mazan

Publié dans #Fontainebleau - inspiratrice du rêve

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article