le 23ème salon de la randonnée à Porte de Versailles

Publié le 2 Avril 2007

La fédération Française Randonnée forte de  185 000 licenciés et plus de 3100 associations affiliées, fête cette année ses 60 ans d'existence. C'est vrai que depuis 1947, l'esprit randonneur se porte bien. et, des miliers de sentiers sont balisés et entretenus par les bénévoles.

ce salon démontre que la rando peut rimer  avec  sport, aventure mais aussi avec balade douce. Chacun ici peut trouver son rythme pour découvrir une région, un pays, un village et s'inventer des thèmes. Une balade gourmande, historique, fête de village ou tout simplement redécouvrir notre environnement avec des thèmes nature.

La rando est un moment de bien -être qui met notre corps et notre esprit à la recherche de l'équilibre entre nos sens et la nature.

 Catherine Destivelle au salon de la rando 2007

Grimpeuse, l'escalade est sa passion.

 Montagne, falaise, du jeu à la compétition  avec Catherine, tout est vertical...

 
?Je suis toujours mon instinct, en général il ne me trompe pas. ? Est-ce seulement l'instinct qui l'a fait avancer si vite, avec des succès éclatants et parfois la sagesse de renoncer ? A 15 ans, elle réussit les rochers les plus difficiles de la forêt de Fontainebleau. A 17 ans, durant ses week-ends de lycéenne parisienne, elle multiplie les plus grandes courses dans les Alpes en cachette de ses parents inquiets de son audace. Vers 20 ans, elle rompt avec l'escalade pour se consacrer à son métier de kinésithérapeute, mais cinq ans plus tard le goût de l'escalade reprend le dessus.

Dès le début des compétitions d'escalade elle cueille les meilleures places, et en falaise elle réussit le premier 8 féminin. Avide de découvertes et de rencontres, elle commence aussi à parcourir le monde : elle ne cessera plus de ramener des reportages de ces voyages. Elle est devenue célèbre mais se lasse de la compétition, de ses routines exigeantes, de son univers clos.

Elle rêve à nouveau d'aventures en montagne. En 1990 elle grimpe en libre la tour de Trango au Pakistan et en solitaire le pilier Bonatti au Dru. En juin 1991, anticipant la redécouverte des grands "voyages" de l'escalade artificielle, elle ouvre seule en onze jours un nouvel itinéraire sur la face ouest des Drus.

Le 10 mars 1992, elle réussit seule, en 17 h, l'ascension de la face nord de l'Eiger, une paroi mythique, la plus meurtrière des Alpes. La même année elle tente l'immense pilier du Latok au Pakistan. Début 1993 elle réalise l'hivernale solitaire de la face nord des Grandes Jorasses, et fait au printemps une tentative sur le pilier ouest du Makalu, au Népal. En hiver 1994 le triptyque des grandes faces nord des Alpes s'achève avec la voie Bonatti au Cervin.

En 1995 elle gravit la face sud ouest du Shishapangma au Tibet, et fait une tentative sur la face sud de l'Annapurna. Début 1996 elle est victime d'un accident en Antarctique, mais peut reprendre son activité dès la fin de l'année. Fin 1998 son petit Victor a déjà un an, et Catherine vit toujours ses passions avec la même fraîcheur.

Catherinedestivelle.com
 

SPORT DANS LA VILLE---Catherine soutient depuis plusieurs années l'action de l'association Sport dans la Ville, "Le sport comme vecteur de cohésion sociale et d'insertion professionnelle", http://www.sportdanslaville.com

Catherine fait maintenant partie du Comité d'Agua Para la Vida", une ONG qui intervient au Nicaragua pour la distribution d'eau potable en faveur de communautés rurales du centre du pays.
Site web :
http://www.aplv.org
Contact : aplv@aplv.org

 un petit coucou au stand de la Seine et Marne 

 

 Jacques André diplomé de la fédération française de l'équitation est le propriétaire des Ecuries du Vieux Château à Ormeaux

Né le 20.9.1942 à Paris (Cité des fleurs...)

Enfance et adolescence sans histoire dans le “quartier des Ternes”, études secondaires jusqu’au baccalauréat au Lycée CARNOT. Il a déjà le goût des voyages, de la découverte et fait du sponsoring alors que le mot n’existait pas encore en organisant -en 1958- un voyage Paris - Cap Nord - Moscou - Paris avec son frère aîné, deux amis et deux 2cv., dans la foulée du “Tour du Monde en 2cv”...d’un certain Jacques SEGUELA. Cela lui vaudra de redoubler sa 1ère... mais de tourner un film de 600 mètres en 16mm. (25ASA ! ... fourni par AGFA, avec une PATHE WEBO et un PAN CINOR... le son lui était enregistré sur un magnétophone secteur alimenté par une génératrice elle même alimentée par les batteries de la voiture... le budget ne permettait pas d’acheter un NAGRA... fut-il à manivelle -sic-) qu’il projettera lors de conférences, histoire de pouvoir acheter du matériel photo.

Passionné de photographie et, plus précisément de reportage -à une époque ou le métier n’était pas encore mis à la mode par le film “BLOW UP”-, il passe le concours “de VAUGIRARD” avec pour “idole” Jean-Pierre PEDRAZZINI de PARIS-MATCH (le grand, de l’époque du vrai “grand reportage” !).
Il passera de nombreuses soirées à “couvrir” les événements de l’époque, particulièrement les “premières” de spectacles (BREL, MONTAND, BRASSENS, PIAF...), mais aussi la politique (NEHRU, ADENAUER) pour s’acheter du matériel (Une TECHNIKA LINHOF -reportage en 4x5” à main levée, au télémétre avec chassis GRAFMATIC 6 vues !!!, un PENTAX -le premier reflex 24X36mm. autre que le PRAKTICA d’Allemagne de l’Est... acheté chez l’importateur pour l’Europe -sic-... dans un pavillon de la banlieue bruxelloise etc.). Il était alors possible de rentrer par “l’entrée des artistes” (l’ALHAMBRA, BOBINO, le GALA de l’UNION, le THEATRE de l’ETOILE...) et de vendre ses photos en agence !
Sort 3ème (oui, à l’époque il y avait un classement pour le diplôme de sortie) de la promo “Photo 61-63” (Bernard LEBLANC était 1er !).
Un très long service militaire dans une section photo “top confidentiel” (avec son LEICA M2 personnel) puis une entrée immédiate dans la vie active (pas de chômage en ces temps... en sortant de Vaugirard on avait le choix des places !) : sous contrat d’illustrateur pour la collection “RICHESSES de FRANCE”... une grande année de voyages permanents à travers la France... en 4L et hélicoptère, une dizaine d’ouvrages sur 10 départements... au ROLLEI et à la TECNIKA 4x5”... une formidable et utile initiation à l’art et pour vaincre sa timidité, l’école du “relationnel” !
Mariage... un fils (maintenant pharmacien c/o SANOFI).
A l’issue de ce contrat, une nouvelle année dans un des studios “publicité et industrie” connu de Paris, le studio JEAN ALBERT, puis, hasard de la vie et surtout des petites annonces, il va abandonner -définitivement, il regrettera toujours un peu, au fond, sans doute la nostalgie de la création- la prise de vues pour entrer dans une société alors naissante, en 1967 : TECHNI-CINE-PHOT, en tant que technico-commercial en charge du matériel d’éclairage cinéma -COLORTRAN- (pour lequel il était totalement ignare car à l’École il n’y avait guère que des spots CREMER et des ambiances LITA !). Mais avoir suivi les cours de Vaugirard, même si déjà la critique existait sur l’inadaptation aux “technologies nouvelles” du temps présent, forme à une adaptation rapide...

TCP, petite équipe ou il faut “tout faire”... même les livraisons. Il s’occupe aussi des tarifs, d’une partie du commercial et, déjà de la publicité, etc.
Mai 1968 : pour l’anecdote, chaque soir il quitte Saint-Ouen à toute vitesse et part avec une ARRIFLEX 16 empruntée au SAV et “fait” les barricades, l’Odéon, la Sorbonne etc... guidé par la CB, le grand délire communicatif de l’époque.

Quelques années plus tard, la société grandissant très fort -l’époque “glorieuse” des taux de croissance à 20-30% annuels ! - il ne peut plus mener plusieurs activités de front et opte pour la gestion du service publicité (le mot “communication” n’était pas encore usité et les “Dircom” futurs n’étaient que “Directeur de publicité” alors même qu’il avait en charge toute la communication de la société puis bientôt du Groupe avec PROCOLOR et la création de TECHNI-VIDEO).
Nombreux voyages dans le monde (Europe, USA, Japon) pour les salons, chez les fournisseurs etc.

17 ans (fidélité plus que mobilité !) plus tard , il quitte la banlieue nord et “rentre chez lui” dans sa ferme seine et marnaise ou il fait aménager des bureaux à la place des boxs à chevaux (la quarantaine et plus de temps pour la compétition) et crée (1984) l’agence “Jacques ANDRÉ Conseil”, pendant plusieurs années agence multiservices compte-tenu de son expérience. Les clients sont alors essentiellement dans le secteur photo-ciné-vidéo qu’il connaissait parfaitement et ou il était connu (dans le groupe TCP passé de 6 à près de 300 personnes il a dû, certes aux cotés d’une équipe dynamique et une direction -Gilbert MICHAUD... une grande figure du marché de l’image pour lequel il a toujours eu grand respect et conservé une estime qu’il croit réciproque- qui savait donner les moyens, être pour quelque chose dans ce fort développement).

Entre-temps : divorce, nouvelle compagne... 2 nouveaux enfants dont une fille qui aujourd’hui “marche sur ses traces” professionnellement.

De 1987 à 1993 : une association professionnelle malheureuse... une parenthèse douloureuse et lourde de redressement...

... mais “JAC” continue, resserre l’éventail de ses services vers les seules Relations Publiques et Relations Presse (il essaie que l’on dise “Relations Media”, pas pour faire anglo-saxon, mais parceque radio et TV sont aussi concernées) tout en étendant les marchés d’activités (tous en fait “sauf la politique et le show-biz, pas parce-que ce n’est pas intéressant, mais parceque c’est différent” dit-il), celui de la “photo” devenant exigu.

De 1993 à 2000 il donna chaque année un court cycle de conférences aux étudiants de 3ème année à “Vaugirard” (la boucle est bouclée) : “Législation, Marketing et Communication”.... avant que ce cours soit supprimé du programme !

Persuadé qu’il vaut mieux “diriger sa profession que la subir” il est très engagé dans des associations professionnelles, crée un syndicat et, catastrophé par le déclin de l’AEVLL (Association des Anciens Élèves de Vaugirard-Louis Lumière), se présente aux élections et est élu à la présidence début 98 avec un programme ambitieux... tenu. Il ne se représente pas aux élections 2001 mais est nommé Président d’honneur.

Il y a 18 ans, il avait, pour être disponible vers ses clients, le téléphone dans sa voiture, à une époque ou il fallait connaître deux ministres pour avoir une ligne.
Il y a 15 ans, il fut l’un des premiers attachés de presse a informatiser son fichier et rédiger les dossiers de presse en PAO (Mac, of course !) alors que ses consoeurs (un métier féminin à 90%) en étaient encore au stencil et aux fiches carton.
L’une des très rares agences de R.P. à avoir un telex, il dut attendre de longs mois avant d’avoir des correspondants au bout de sa ligne fax.
Il y a près de 7 ans que son agence a un site internet, encore parmi les plus complets de sa profession.
Vous l’aurez compris il n’est jamais en retard sur la technologie... sans doute la raison pour laquelle il vient d’être choisi pour lancer le 1er fax portable totalement autonome ou promouvoir un téléphone par satellite.

1993 : Une 3ème compagne (harmonie parfaite à les voir, ce sera la dernière, c’est sûr) rencontrée “presque par hasard” et dont le hasard fait qu’elle travaille dans le cinéma... “hollywoodien”.

Ses préoccupations actuelles : les langages HTML, JAVA... et son potager.
Sa joie ? Une soirée avec une cote de boeuf grillée dans la (grande) cheminée, une excellente bouteille (plutot un magnum) et, bien sûr, du brie, en compagnie de quelques amis.

2002 : ...60 ans. Arrivé -statistiquement s’entend !- aux 2/3 de sa vie a-t-on des regrets ?
Je lui en connais quelques uns, les plus avouables sans doute : ne pas avoir commençé une collection de matériel photo et de photographies dès les années 70... mais il a tout de même réuni une belle collection de cellules et autres appareils de mesure de la lumière bizarres qu’il s’est promis de léguer au “Musée de la Photographie” quand il sera -enfin- construit. Reminiscence sans doute de sa participation à l’équipe d’architecte pour l’un des projets ?

“Si c’était à refaire” il évoque parfois avocat ou architecte...
convaincre ou créer.
Toujours passionné par son travail mais aussi par l’art contemporain, les outils anciens et l’art populaire (donc collectionneur), il pense “travailler jusqu’à 95 ans... comme cela il lui restera 5 ans de vacances” pour finir la restauration de la Ferme... à moins qu’ils ne vendent tout et partent sur un 18 mètres -si, si la photo est dans son bureau- continuer “le” voyage !

Pour l’instant, il aide à recevoir dans la "maison d’hôtes de charme" de la FERME DU VIEUX CHATEAU créée par sa compagne.

Vous y serez les bienvenus (06 78 02 25 17)... et pourquoi pas une balade en attelage... sa nouvelle passion : www.attelage-passion.com

 

La Ferme du Vieux Château
Chambres et table d’Hôtes (3 épis "Prestige")
77540 Ormeaux
à 35 minutes à l’Est de Paris par autoroute A4
www.chambres-table-hotes.com

 

(JPEG)

 

 

Comité départemental de Tourisme Equestre en Seine et Marne

Christina Leverrier - Présidente

3 route de l'Obélisque - 77515 Saint Augustin   tel : 01 64 03 32 29

Notre département, situé aux portes de Paris, offre une multitude de possibilités à tous les passionnés de Tourisme Equestre.
La Seine et Marne, grenier à blé et poumon vert d'Ile-de-France, c'est 135.000 hectares d'espaces boisés, plus de 1.100km de chemins, et plus de 1.800km de cours d'eau avec la Seine et la Marne mais également un foisonnement de rivières et canaux.

C'est aussi un site chargé d'histoire où le patrimoine est des plus riches : la cité médiévale de Provins, les châteaux de Fontainebleau, Vaux-le-Vicomte, Faremoutiers, la commanderie des Templiers à Coulommiers, la citadelle de Blandy-les-Tours.

Ou encore le massif forestier de Fontainebleau classé au patrimoine mondial de l'Humanité, avec ses fabuleux rochers, les carrières de sable de Recloses, de Poligny, les bords du Loing...

Ainsi chemins, tourisme, gastronomie sont les maitre-mots d'un tourisme équestre rimant avec plaisirs et grandes chevauchées.

Vous cherchez un club, un itinéraire, un gite, une étape, ou encore un maréchal ferrant, le CDTE 77 est là pour vous, n'hésitez pas à venir nous découvrir

www.tourisme-equestre77.org

Rédigé par Marie de Mazan

Publié dans #actualité

Repost 0
Commenter cet article

Pierre 02/04/2007 05:50

Bonjour Marie,
Toujours très intéressant et varié ton blog. J'aime beaucoup ta photo d'aujourd'hui. Ce ponton très évocateur est très réussi.
Bonne journée !

RCF 02/04/2007 02:30

ATTENTION ! MESSAGE TRES IMPORTANT !
Comme chaque trimestre, la cellule d'investigation de la Répression des cyberfraudes passe en revue l'intégralité des blogs hébergés sur les serveurs français.
Après avoir analysé le contenu de votre site personnel, plusieurs chefs d'accusation ont été retenus contre vous pour les raisons suivantes :
- Vous avez utilisé 53 illustrations sans copyrights. 36 d'entre elles ont été jugées trop érotiques par nos services.
- Vous avez tenu des propos insultants à l'encontre d'une personnalité publique.
- Vous avez utilisé 77 fois de l'anglicisme, interdit depuis novembre 2007 sur la blogosphère. 
Supposant de votre bonne foi et partant du principe que ces erreurs ne se renouvelleront plus, la Répression des cyberfraudes vous accorde 4 heures pour supprimer la totalité de votre blog à compter d'aujourd'hui.
Passé ce délai, vous serez contraint à 624 heures de travaux d'intérêts généraux dont 300 heures consacrées au maniement d'une motocrotte. Pour les 324 heures restantes, vous avez la possibilité de choisir vous-même un programme spécifiques que vous obtiendrez sur demande.
Nous vous invitons à prendre contact le plus rapidement possible avec nous afin de régulariser votre situation.
Je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, mes sincères salutations.
Augustin Ternète
Responsable de la RCF (Répression des cyberfraudes)
Pour prendre contact :  cliquez ici