ENTRETIEN EXCLUSIF

Publié le 11 Janvier 2007

 

JEAN-PAUL PLANCHOU, MAIRE DE CHELLES


En 1995, Jean-Paul Planchou remporte la mairie de Chelles. Il a été réélu en 2001.

Egalement Conseiller Régional Ile-de-France et Président du groupe socialiste et apparentés.

Ancien député de Seine-et-Marne entre 1988 et 1993.

Biographie

Jean-Paul Planchou est né le 22 avril 1948 à Gourdon, dans le Lot.

Il a suivi des études de sciences politiques et de sciences économiques.

A partir de 1973, il entreprend une carrière d’économiste d’entreprise et de consultant, principalement au Crédit Lyonnais.

Jean-Paul Planchou est membre du Parti Socialiste depuis sa fondation en 1974. Il a été élu du suffrage universel à plusieurs reprises, notamment en tant que député, d’abord de Paris puis de Seine et Marne.

Maire de Chelles depuis 1995, Jean-paul Planchou est également conseiller régional d’Ile de France. Dans sa ville comme à l’échelle régionale, il se passionne pour l’amélioration des transports, la qualité de l’environnement, la culture et l’éducation.

Un patrimoine vivant, c'est la vie que nous confions à ce patrimoine dans le présent et pour l'avenir.

 

 Marie Mazan  : Dans l'Histoire des sociétés mais aussi des institutions, autrement dit le domaine politique,une certaine laîcisation s'est faite progressivement. Mais on peut le constater aussi dans le domaine des arts et de la pensée, au cours des siècles. Qu'en pensez-vous ?

Jean-Paul Planchou :  La laïcisation de la vie publique comme celle de la vie sociale, en effet, est concomitamment à celle des expressions artistiques, en particulier picturales puis musicales, est corrélative à la montée en puissance de la raison, surtout à partir de la Renaissance, des découvertes scientifiques décisives de la période, des grands voyages et donc de la conception d'un univers en rupture totale par rapport à celle qui présidait durant la période médiévale. Bien sûr, cette "révolution" considérable a été préparée insidieusement dès après l'an mil, mais elle explose en Italie et en Europe, aux 15ème et 16ème siècles par un ressourcement philosophique auprès de la pensée grecque.

MdeM :  Qui a eu l'idée originale de se servir des fondations de l'abbaye pour élever la mairie actuelle ?

J-P P :L'actuelle mairie, bien qu'elle ait été agrandie en 1989, a été érigée après 1935 par la municipalité conduite par Emile Fouchard, maire et député communiste jusqu'en 1940. Il y avait déjà un bâtiment à cet emplacement au milieu d'un parc privé qui deviendra l'espace public actuel. A l'époque on ne procédait pas à des fouilles,  tout au  moins dans un contexte comme celui de chelles, et on ne vouait pas un respect et une curiosité aussi grand qu'aujourd'hui pour les témoignages du passé. Question de culture et de conscience collective, sans doute, par rapport aux concepts de progrès et d'avenir, car on savait évidemment à l'époque qu'une abbaye royale avait existé pendant des siècles.

MdeM :  Aujourd'hui, suite à des fouilles archéologiques, un ancien port serait découvert. La Marne était donc plus proche ? Que pouvez vous nous dire sur ces dernières fouilles.

J-P P : Je ne suis même pas un archéologue amateur. Donc il m'est difficile de porter un regard averti sur les découvertes récentes. Par contre, comme beaucoup de mes semblables, je suis extrêmement sensible, par exemple, à la vue de noisettes, convenablement conservées, vieilles de 2000 ans ou à d'autres éléments attestant la présence d'animaux, les modes de vie. Quant à la plausibilité d'un port fluvial, elle résulte de la découverte d'un aménagement d'embarcadère en bois sur un bras de la Marne dont les cours n'empruntaient pas le même lit qu'aujourd'hui.

MdeM : Si vous aviez les moyens, qu'aimeriez-vous faire pour le patrimoine de votre ville ?

J-P P : De quel patrimoine s'agit-il ? s'il est question des éléments de la préhistoire, du haut Moyen-Age, il est évident que Chelles manque d'un musée à la hauteur de ses richesses. S'il s'agit de son patrimoine existant, en vérité pour l'essentiel pavillonnaire, la Ville a décidé avec le concours du CAUE de Seine-et-Marne de procéder à son inventaire. S'il s'agit du patrimoine paysager, la municipalité s'est toujours efforcée de valoriser les espaces naturels en les respectant comme espaces naturels sensibles. et puis il y a la gare de triage qui peut-être, un jour, deviendra un endroit classé,après avoir été déclassé sur le plan de l'activité !

MdeM : Quel est le prochain projet de réhabilitation pour votre ville ?

J-P P : Le projet qui est en cours d'achèvement est la réhabilitation des églises St Georges et Ste Croix qui deviendront d'ici à l'automne prochain un centre d'art contemporain.

MdeM :  Un patrimoine vivant, c'est quoi pour vous ?

J-P P : Un patrimoine qui sert à la vie de tous les jours des jeunes élèves, pour apprendre et se cultiver, des adultes dans leur vie sociale et citoyenne. Un patrimoine vivant, c'est la vie que nous confions à ce patrimoine dans le présent et pour l'avenir. C'est un patrimoine que nous respectons mais que nous nous sommes approprié.

MdeM : Quel est le monument dans le monde qui vous a fait ressentir un émoi profond ?

J-P P :  Le terme émotion peut être un peu fort. mais plaisir esthétique intense quand, jeune encore, j'ai découvert le musée Beaubourg ou plus tard le musée Guggenheim à Bilbao ou son homologue à New-York.

MdeM : Comment concevez-vous une ville idéale ?

J-P P : La ville, c'est l'équilibre dans le mélange et la confrontation, tant aux plans urbanistique, architectural que social, bien sûr. la ville c'est "l'anti-ghetto", "l'anti-communautarisme".

MdeM : Dernière question avant de terminer cet entretien Monsieur Le Maire :

Quelle est la ville en France, qui se rapproche le plus de votre ville idéale ?

J-P P : Je ne connais pas assez bien les grandes villes de France, mais certainement que des villes comme Rome ou Nantes tendent à se rapprocher de ce but citadin.

 

 

 

"La ville, c'est l'équilibre dans le mélange et la confrontation,

 tant aux plans urbanistique,

 architectural que social..."

Jean-Paul Planchou

 

 

http://www.festivalderomans.com/detail.php?id_part=535&cat_part=7

expression citoyenne

Rédigé par Marie de Mazan

Publié dans #Chelles - histoire et avenir

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

duval 17/04/2013 14:41


Monsieur PLANCHOU est un nul tout ce que vous montrez c'est son prédecesseur qui l'a crée et qui lui n'a pas été condamné en correctionnelle, il n'etait pas économiste mais il comptait les
chèques au bureau du risque du credit lyonnais, sous la bant a DSK

Ervalena 20/01/2007 14:25

Rome est bien différente de Nantes! Nantes est réputée pour sa qualité de vie, et le centre-ville est très beau? Rome c'est une vieille histoire!! Trèsbelle ville mais les transports en commun ainsi que la circulation sont dingues (bruit, travaux permanents)
Et on ne peut pas creuser de métro à cause de l'archéologie des lieux!

Jeanne 11/01/2007 18:14

La ville, c'est l'équilibre dans le mélange et la confrontation, tant aux plans urbanistique, architectural que social, bien sûr. la ville c'est "l'anti-ghetto", "l'anti-communautarisme".C'est effectivement une conception à défendre et/ou à mettre en oeuvre face aux tentations du repli sur soi. Bravo pour cet interview.

Marie de Mazan 18/01/2007 23:53

BONSOIR NADINESYMPA CE PETIT PASSAGE mERCI DE VOTRE SOUTIENMARIE

Joël Vimare 11/01/2007 09:39

Quel interview ! ou Marie de Masan va trouvé ces questions très pertinentes. merci Monsieur le Mare d'avoir pris le temps de répondre sincèrement aux questions.  

Marie de Mazan 18/01/2007 23:52

merci Joel, Je pense que cela va faire école...A bientôtMarie