La Commanderie de Coulommiers

Publié le 6 Décembre 2006

La Reponse de Jean Frederic Berger

sur le dossier Commanderie de Coulommiers

 

C'était hier !

 

Il est toujours dommage de se rendre compte que la mémoire ne fait pas partie des qualités que devraient avoir l'espèce humaine... heureusement les technologies modernes développées durant le XXe siècle constituent l'une des plus extraordinaires révolutions dans le domaine des outils d'information  et de communication, après l'invention de l'écriture et l'imprimerie. Elles ouvrent des possibilité d'accès à la mémoire individuelle et collective d'une richesse qui ne s'était pas vu depuis des temps lointain... et ceci pour tous, du plus pauvre au plus riche à condition de le vouloir.
Alors, utilisons les pour rafraichir la mémoire à nos concitoyens.

Cependant, dans cet effort, cette recherche de la mémoire, il est important de ne pas transformer les données et les faits, de ne pas les adapter à son seul intérêt, à sa défense, mais de les laissées brutes... dur travail d'objectivité et d'honnêteté. Laissons parler les faits, ils rendront, comme le dit cette célèbre phrase, "A césar ce qui est à César".

Je souhaite vous présenter une série de photos sur la Commanderie des Templiers de Coulommiers. Ces photos ont été prises lorsque nous sommes arrivé, Sophie Leblanc et moi-même, en septembre 1989 et que nous avons démarré une aventure extraordinaire de richesse humaine, d'inventions, d'actions, de créations. Une aventure qui a associé des milliers de personnes de 7 à 77 ans (comme un journal bien connu) durant ces 17 ans que furent l'aventure ATAGRIF, association membre depuis sa création de l'Union Nationale REMPART.
En septembre 1989, je prenais la présidence de l'association ATAGRIF, présidence que j'ai conservé jusqu'en novembre 1998 pour en devenir alors le directeur. C'est à ce titre d'ancien président de l'association, d'acteur au sein des association REMPART depuis 27 ans et de fondateur du "Centre de Culture et d'Histoire" de la Commanderie des Templiers de Coulommiers que je m'exprime aujourd'hui.

carte_postale_ancienneCette carte postale nous présente la Commanderie des Templiers au début du XXe siècle, encore appelée Ferme de l'Hôpital. Elle restera une ferme jusqu'en 1963, puis fera l'objet d'une remarquable action de sauvetage lancée en 1966 par l'association des Amis du Musée du Papier, sous l'impulsion entre autre de Jean Schelstraete et georges Goetz. Cette association présidera, de 1966 à 1989, à la destinée du lieu réalisant d'énorme travaux et sortant de l'oubli ce monument d'un intérêt national et européen. Notons au passage l'adhésion, dès 1967, des Amis du Musée du Papier à l'Union Nationale REMPART et la continuité dans l'existence de cette association.
La Commanderie de Coulommiers est, donc, la dernière commanderie complète, terrain compris, au nord de la loire avec une architecture des XIIe et XIIIe siècles, ainsi que du XVe siècle sa période hospitalière. Elle dispose, ormis ses bâtiments de charpentes du XIIIe siècle et fait partie des rares témoignages architecturaux templiers disposant de fresques murales d'intérêts européens.

Mais au delà des témoins architecturaux, la Commanderie conserve de sa période hospitalière des noms illustres dans les personnes de Villiers de L'Ile Adan et de Aymerie d'Amboise qui furent tous deux commandeurs de Coulommiers, mais aussi, et surtout, Grand Maître des Hospitaliers de St-Jean de Jérusalem, aujourd'hui Ordre de Malte.

Mais laissons la place aux images de cette année 1989.

chapelle_ext        img001       local_ext_2        porcheries

Chapelle et bâtiment           Vue ext côté sud              petite grange            anciennes porcheries
du chapitre                        côté actuel du jardin         aujourd'hui               

 

local_ext_1                int_local_2               int_local_1 

La petite grange aujourd'hui local associatif et des vues de l'intérieur avant aménagement.

 

sous_grange_1        sous_grange2        cave_1      cave_2

L'état de la grange aujourd'hui atelier de taille de                  L'état intérieur des caves médiévales.
pierre et atelier pédagogique.

Aujourd'hui, pour ceux qui connaissent la Commanderie ces paysages ont bien changé, il faut en remercier les milliers de bénévoles adolescents et adultes, français et étrangers qui durant ces 17 ans ont consacré un jour, une semaine, des mois et pour certains des années à la restauration de ce patrimoine national.

Mais la restauration sans la vie et sans l'animation des lieux ne serait rien.
Alors dans l'esprit et la philosophie de l'Union REMPART, nous avons travaillé durant toutes ces années à faire de la Commanderie des Templiers de Coulommiers un "patrimoine vivant" ancré dans son temps, mais porteur de valeurs favorisant l'implication de tous, dans le soucis de la démocratie participative propre au milieu associatif et donnant à chacun, au travers des activités du "Centre de Culture et d'Histoire", les outils pour se développer et trouver sa voie dans les méandres de notre monde moderne. Il est dommage que certains aient usurpé ces valeurs.

Cette volonté d'action, associé à l'indépendance de l'association durant toutes ces années, ont permi la création d'emplois locaux et l'inscription de l'association et de la Commanderie dans une démarche de développement durable de la région. Partenaire et actrice tant au plan local, départemental que régional, l'association a été durant toute ces années une partisane de l'action, liant avec des institutions et d'autres associations des liens citoyens inscrit dans l'action au service des autres, de la culture, du tourisme et du patrimoine. Mais celà à aussi suscité des rancoeurs, des convoitises, tant en dehors de l'association que dans son sein, la politique au même titre que les ambitions personnelles sont rentrées dans l'association perturbant son fonctionnement, son développement et ses objectifs.
Durant toutes ces années, grâce à nos efforts de communication, la presse, les radios, la télévision se sont souvent fait l'écho des activités de la Commanderie, donc de l'association ATAGRIF,  projetant celle-ci sur le devant de la scène patrimoniale nationale, accentuant encore les convoitises. C'est dur  quand on n'aide pas une structure dont les autres parlent. Alors, avec le temps, les hésitations, les lourdeurs internes, les conflits, le navire a commencé à chalouper, pour aujourd'hui se dirige droit vers les récifs. Pourtant, nous avions prévenu... Alors ???

Alors, oui, cette oeuvre, ce travail de 17 ans, au service de l'histoire, d'un patrimoine et d'un idéal associatf et social est aujourd'hui, en danger. Cette action, outil au service du développement personnel et de l'accès pour tous à un savoir et à une découverte de soi même, est en danger.
Il est tellement facile de détruire ce qui marche, mais que l'on ne peux possèder, plutôt que de reconnaitre les qualités de l'action et d'accepter de s'y associer pour le bien de tous.
Messieurs et Mesdames les politiques de tout bords, c'est dans l'aide que vous apportez et apporterez aux citoyens pour l'accomplissement de leur idéal, souvent au service de la société, que vous gagnerez vos lettres de noblesses au regard du peuple, pas autrement.

Depuis 27 ans que je milite au sein de l'Union REMPART, j'ai appris que pour sauver un patrimoine, il fallait bien en connaître l'histoire, il en va de même pour l'association ATAGRIF, derrière l'action il y a des valeurs que certains nies et voudraient faire taire. Le moteur principal depuis 17 ans est une réelle volonté de mettre en application des valeurs de société favorisant l'accès à la culture, au savoir et à sa recherche personnelle pour tous.

Alors, parce que je suis fier de l'action que j'ai créé durant ces 17 années avec l'aide et l'implication de beaucoup. Parce que je me sens une obligation morale envers tous ceux qui ont participé, donné de leur temps sans attendre de retour et dans le silence.
Parce que je souhaite que demain, le droit d'entreprendre et de réussir ne soit pas exclusivement lié au secteur commercial et marchand, mais aussi au social, à l'humain.
Parce que je sais que nous avons déclanché des passions, des vocations, que nous avons aidé des gens à être, simplement. Que la jeunesse de notre pays à besoin d'exemples divers et variés et que nous en avons été un. Que beaucoup de visiteurs et de participants ont été fier d'être associé à cette oeuvre.
Pour toutes ces raisons, cette histoire doit continuer. Il faut agir et surtout réagir.

Jean-Frédéric BERGER
Président des ATAGRIF de 1989 à 1998

Rédigé par Marie de Mazan

Publié dans #La Commanderie de Coulommiers

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article