Maud au dessus des Volcans

Publié le 14 Octobre 2006



  Exceptionnel

La neige, le volcan et Maud Fontenoy

article paru le Mercredi 11 octobre 2006

En pleine préparation pour le prochain départ de son tour du monde à la voile en solitaire et à contre-courants, Maud Fontenoy a assisté ce mercredi 11 octobre 2006 au spectacle exceptionnel de la Fournaise en éruption et recouverte d'un blanc manteau neigeux. Basse température oblige, la neige qui est tombée dans la nuit de lundi à mardi sur la région du volcan n'a pas fondu au sommet du Dolomieu. C'est donc couvertes d'une poudreuse immaculée que les deux bouches éruptives ont craché le feu et la flamme ce mercredi
 
«C'est magnifique, je suis encore sous le charme». Maud Fontenoy ne cache pas son enthousiasme. Elle vient de survoler en hélicoptère le piton de la Fournaise sous la neige. Elle s'est même posée sur le site et n'a pas résisté à la joie d'une bataille de boules de neige. «Je n'aurai jamais imaginé que cela puisse être aussi beau. J'en ai pris plein les yeux» commente encore la navigatrice.
Alors bien sûr, elle ne regrette pas d'avoir un peu bousculé un emploi du temps surchargé. Avec son équipe, elle s'active en effet à boucler les derniers préparatifs avant son grand départ pour son tour du monde à la voile en solitaire et à contre-courants. Lequel départ, si la mer est clémente, devrait avoir lieu ce dimanche.

Embarquement des marchandises

Alors après son escapade au volcan, Maud Fontenoy est immédiatement retournée au Port où son bateau le "l'Oréal Paris" est arrimé dans la darse militaire du port Est. Ce mercredi matin était consacré à l'embarquement des provisions. 500 litres d'eau potable, des centaines de boîtes de conserve (légumes, fruits, plats cuisinés), des sachets de nourriture lyophilisée, des pots de confitures… tout ce qu'il faut pour tenir une vingtaine de semaines, seule dans quelques-uns des points maritimes les plus dangereux au monde.
Malgré cela, la navigatrice a trouvé le temps de répondre aux questions des élèves de CM1 et de CM2 de l'école Estella Clain de la Chaloupe Saint-Leu.
«Les enfants travaillent sur un projet pédagogique basé sur le défi de Maud Fontenoy. Par le biais d'Internet ils vont la suivre tout au long de son parcours» indique Catherine Deselle, coordonnatrice de la ZEP (zone d'éducation prioritaire) de la Chaloupe Saint-Leu.

Cap de Bonne-Espérance

Rappelons que le défi de la navigatrice est qualifié de tour du monde à l'envers, car il emprunte la route habituelle à contre-courant et contre les vents. La jeune femme passera par le cap de Bonne-Espérance. Situé à au Sud-Ouest de l'Afrique du Sud, le point est dangereux pour les bateaux puisqu'il est le lieu de convergence des vents et des courants en provenance de l'océan Atlantique et de l'océan Indien. Le Portugais Bartolomeo Dias qui, du point de vue occidental, a découvert le cap en 1488, l'avait appelé le cap des Tempêtes.

De retour en février ou mars 2007

Maud Fontenoy passera également par le Cap Horn, à l'extrémité sud de l'archipel chilien de la Terre de Feu. Ce point est généralement considéré comme étant le plus au Sud de l'Amérique du Sud. Il marque la limite Nord du passage de Drake (le détroit séparant l'Amérique du Sud de l'Antarctique), et le méridien qui le traverse définit la frontière entre l'océan Pacifique et l'océan Atlantique. Il est dangereux en raison de très fréquentes tempêtes, de vagues géantes et de la présence possible d'icebergs.
Les légendaires et très périlleux 40èmes rugissants et 50èmes Hurlants aux confins des océans Indien et Antarctique sont aussi sur le parcours de la navigatrice.
Maud Fontenoy devrait être de retour à La Réunion en février ou mars 2007.


Rédigé par Marie de Mazan

Publié dans #Maud Fontenoy- Navigatrice à Contre courant

Repost 0
Commenter cet article