Abandon progressif du Vivier par les rois de France

Publié le 12 Octobre 2006

Louis XI, offre en 1471, les étangs et le grand moulin au chapître. Les chanoines doivent dire des messes pour le salut de son âme.

 

François 1er sera le dernier roi a séjourné au Château du Vivier. Il viendra en mai 1546 dans les locaux de la collégiale car les appartement royaux sont déjà passablement abandonnés et dans un état de délabrement. Autrefois, la branche des Valois  a plus ou moins délaissé le Vivier  pour s'installer dans le château de Fontenay  en Brie plus confortable.

Le château du Viiver  n'est plus entretenu et la collégiale, bientôt  n'est plus honorée de la présence royale.

Devant cet état, Louis XIV , ordonne la translation de la Sainte -Chapelle du Vivier et de son chapître à celle de Vincennes.

Le 15 juillet 1694,  les reliques du trésor de  Vivier sont  transportés à Vincennes dans le plus grand respect.

A dater de ce jour, un désordre réel se fait sentir et les chanoines louent les terres aux paysans.. Un seul religieux continue à célébrer la messe, une fois par semaine pour les habitants du Vivier-Ecoublay.

Louis XV, en 1734, signe des lettres patentes stipulant  l'extinction de la chapelle du Viiver.. (à suivre)

 

Rédigé par Marie de Mazan

Publié dans #Magie royale au Château du Vivier- Fontenay Trésig

Repost 0
Commenter cet article

Bob 12/10/2006 21:25

Bonjour,
Félicitations pour votre site qui est vraiment bien conçu! J'ai créé un annuaire de blogs et si vous souhaitez vous y inscrire voici l'adresse: http://netblog.site.cx  ! Bonne continuation !

Fr@n6 12/10/2006 16:38

Les temps changent, si les châteaux et autres villégiatures étaient délaissées par les grands de ce monde ou les religieux, la bâtisse bien souvent s'écroulait d'elle même. Il nous reste donc encore aujourd'hui des traces de cette vie. Il est certain qu'aujourd'hui ces monticules en état de ruine auraient disparus et l'histoire que tu retraces aujourd'hui ne serait pas. Ces vieilles pierres ont toujours une histoire ou un souvenir à nous conter, car malgré tout elles sont toujours vivantes du souvenir passé.