1814 et 1815 à Château Landon

Publié le 27 Septembre 2006

 

L'Empereur rend le service presque obligatoire.

 Les appelés sont les les enfants du pays.  Les désertions devienent de plus en plus nombreuses.

Mais ceux qui acceptent d'être embrigadés sont fiers car on les fait défiler. Ils partaient au combat  plein d'enthousiasme, croyant  réaliser un idéal.

Les évenements ne vont pas tarder à se gâter et en quelques années , les armées coalisées alignent  contre nous 720 ooo hommmes..

Napoléon va demander un appel anticipé.

La popuilation des jeunes qui atteignent dix-neuf ans dépasse les "100 000 hommes de rentes". Alors pour éviter le recrutement, on se marie , on se mutile, on se sauve dans les bois pour former des bandes de "citoyens errants". Des armées entières traquent  les réfractaires.

A la caserne, ils manquent des oficiers pour instruire les conscrits. Mais la situation devient de plus en plus grave  sur un autre plan :  on ne peut plus nourrir, on ne peut plus payer ces jeunes recrues. Les familles mécontentes commencent à se révolter, le prix du pain augmente.  Il est  demandé de remettre en place la vieille loi républicaine du maximum.

A cette époque, chaque français consomme dix kilos de viande par an et principalement du boeuf.

Les femmes conscientes  de mettre des enfants au monde pour en faire ensuite de la "chair à canon" hésitent à procréer. La moyenne d'enfant passe de 6 à 4  par famille. Les "faiseuses d'anges" sont trraquées par la police.

Le nouveau code pénal est très sévère.  A Château Landon, la justice se faisait sous les noyers face à l'entrée de la maison de retraite actuelle saint Séverin. La main droite était coupée pour les parricides.

 

 

Louis XVIII prend le pouvoir le 8 juillet.

La ville de Château Landon est occupée.  60 000 bavarois et 40 000 Prussiens de Blücher à nourrir.

Le préfet, devant l'augmentation des troupes de vainqueurs écrit au ministre :

" L'arrondissement de Fontainebleau est bien plus malheureux que les autres.. Les Prussiens  y ont été en grand nombre et s'y sont fort mal conduits. On annonce le passage de plus de 100 000 Autrichiens..."

un sous-préfet écrit aussi : "les campagnes sont anéanties, dévastées, la stupeur est telle qu'on ne fait pas la moisson..."

25 000 chevaux d'Outre Rhin passeront à travers champs.

Les habitants apeurés quittent leurs maisons pour se cacher dans les bois.....rapidement débusqués.

Tout est réquisitionné.: charrettes, chevaux

L'occupant réclame des livraisont immédiates.

La terreur règne partout : on dépouille les passants de leurs vêtements, on coupe les arbres, on brise les meubles, on vide les armoires.

Les soldats  prussiens et russes se battent pour survivre...

La mémoire collective se souviendra longtemps de ces dures moments dans la région.

Marie de Mazan

 

 

 

 

 

 

 .

Rédigé par Marie de Mazan

Publié dans #Château-Landon-Les Pierres de l'Histoire

Repost 0
Commenter cet article