THIBAUD IV Comte de Champagne et de Brie - Le mont Aimé suite et fin

Publié le 10 Septembre 2006

 

Le grand spectacle sur le Mont Aimé en Champagne a attiré une foule énorme fait avec un grand renfort de publicité par l'Eglise.C'est à se demander si tout le Nord de la france n'était pas au rendez-vous pour se régaler  au profit  des supplicés sur la place publique, spectacle si prisé au Moyen-Age, qui garantissait une émotion forte.

Un personnage était à l'origine  de cet affreux drame du 13 mai 1239: Robert le Bougre.. Son rôle était de traquer dans tout le royaume  l'hérésie.

Qui était Robert le Bougre ?

Robert Le Petit surnommé "Robert le Bougre" est d'origine Bulgare et s'est converti au catharisme. Son surnom "le bougre" veut dire Bulgare, car on associait le catharisme et le bogomilisme Bulgare.

 Puis il  se converti à la foi catholique et devient dominicain puis inquisiteur en 1233 en Bourgogne.  Son zèle est sans limite et il se fait remarquer à la Charité sur Loire par un bûcher de 50 hérétiques.

Les archevêques  de Reims et de Sens sont choqués, considérant que l'on a porté attreinte à leurs droits. Robert le Bougre est suspendu en 1234  par Grégoire IX  pour sa  violence et sa cruauté.

 Puis revenu dans les bonnes  grâces du pape, il reprend  en 1235 de plus belle l'activité d'Inquisiteur, mais cette fois avec le titre  d'inquisiteur général du royaume de France.

La chasse à l'hérésie  le conduit de 1236 à 1239  à :

Châlons en Champagne

Cambrai

Péronne

Douai  et Lille

Robert le Bougre   fait brûler vif une cinquantaine d'hérétiques.

Dès 1239, il revient en Champagne et profite de la foire de Provins, pour faire une grande rafle et  fait arrêter plus de 600 personnes soupçonnées d'être des hérétiques.

 C'est lui qui est à l'origine du procès et du bûcher du Mont Aimé en 1239 en Champagne.

 L'insoutenable vision du bûcher provoca une telle secousse dans le royaume  que Robert Le Bougre fut suspendu de ses fonctions et condamné à la prison à vie.

j'insiste ici pour noter que l'on peut trouver des similitudes avec Montségur qui cinq années plus tard subira une guerre farouche pour finalement capituler et mettre fin au catharisme.  Mais ici, en Champagne,  le bûcher du Mont Aimé a été scrupuleusement et férocement préparé dans une période de paix...

Marie de Mazan

  Le Mont Aimé en Champagne ... 

                                            

 Montségur...

Rédigé par Marie de Mazan

Publié dans #Les Chroniques de Thibaud IV de Champagne et de Br

Repost 0
Commenter cet article

Gérard 24/09/2007 12:06

Sans vouloir contredire votre interprétation du nom du bourreau dont vous retracez les exploits, le mot "bougre" désignait aussi en français ancien les hommes dont l'orientation sexuelle était condamnée par l'église.

Joel 10/09/2006 19:43

Eh bé, quelle horrible histoire !!! Pourquoi l\\\'église actuelle n\\\'en parle pas. Serait-elle pas fière de son passé et de ses inquisitions ridicules de l\\\'époque ? Mais, ne pas tolérer les homosexuels, les divorcés, les avortements. N\\\'est ce pas de la nouvelle inquisition ? Quand est -ce que l\\\'église qui se dit tolérante sera réllement tolérante ? Dans les écrits, Jésus n\\\'a jugé personne, ni dicté les conduites des hommes. De plus, il était charpentier. Croyez-vous qu\\\'un prêtre qui n\\\'a jamais travaillé, qui ne s\\\'est jamais marié peut comprendre la vie de ses ouailles. ? Je ne le crois pas. Alors camarade benoit XVI, revises tes lectures et écoute la chanson la chanson d\\\'henri " le travail, c\\\'est la santé ". je suis un homme qui a fait son baptême, sa première communion, sa confirmation, sa profession de foi mais qui a réfléchi à sa foi et à l\\\'église qui lui a enseigné. Je suis sortis de votre manipulation cérébrale. Et j\\\'en suis fier.