Architecture cistercienne : le roman

Publié le 20 Septembre 2009

les édifices cisterciens vont être qualifiés de roman jusqu'au début du XIIIème siècle.
Dans le choix du site, le cistercien  se portait volontiers sur les endroits vallonnés et écartés de toute vie urbaine. par contre il accordait de l'importance auxl ieux pour les matériaux de construction , l'eau qui servait à de multiples usages, les terres à défricher pour l'agriculture. Les religieux commençaient toujours par un mur de clôture, des bâtisses extérieures et intérieures qu'ils aménageaient au fur et à mesure.
on sait peut de choses sur les premières architectures de Citeaux. Ils occupaient au début des bâtiments construits en bois puis petit à petit ils furent remplacés par de la pierre. cette similitude se retrouvera à Clairvaux bien que pour cette dernière, les bâtisses en bois resteront quand même en usages pendant plus de vingt ans.
Quelques temps  après la reconnaissance de l'ordre par Calixte II en 1119, l'architecture va se transformer et se diversifier peu à peu par l'importance des communautés qui peuvent aller jusqu'à une centaine de personnes posant le problème crucial de l'espace.
ce n'est qu'à partir de 1135, que l'architecture de l'Ordre se modifia par l'accroissement extraordinaire de certains monastères qui comptaient jusqu'à 300 personnes. Les édifices en bois des années 1110-1120 furent remplacés petit à petit par des constructions plus adaptées et organisées autour du cloître avec de nombreuses annexes , des jardins et des pâturages. Cette évolution est plus sensible à Clairvaux ou saint Bernard  avait accepté à contrec-oeur de  faire déplacer l'abbaye, celle-ci devenue trop petite ne pouvait plus s'étendre. L'exemple de cette nouvelle architecture es bien représentée par sa maison de Fontenay, qui date de 1140-1150.
L'église est toujours construite suivant la règle de saint Benoit qui stipule que l'oratoire doit rester un "atelier de prière" et de ce fait représente un espace imposant  avec un volume central très profond surmonté d' une voute en berceau.
Dans cet ordre monastique, l'église est utilisée différemment : la liturgie, les messes, les procesions sont réduites. ici il n'y a pas de déambulatoire, pas de chapelles rayonnantes. Le Presbytère est bas, flanqué de deux chapelles alignées.
Le choeur est placée dans la nef centrale.
Cette architecture est simple et ordonnée un peu sévère et peu de décor.  Une répétition mesurée des pièces, rappelle l'ordre , la discipline et la méditation. La simplicité est de rigueur sans peinture murale, les murs sont souvent de couleur blanc cassé .
le mouvement cistercien compte dans les années 1150 plus de 350 monastères à travers l'Europe , ce qui va donner à cette architecture une certaine standardisation de mode de vie : organisation centralisée, réunion annuelle du chapitre général d'où partait toutes les décisions qui étaient ensuite envoyées dans toutes les maisons. la visite régulière des abbayes donnait un ensemble cohérent à l'ensemble de l'Ordre.
Le plan ordinaire de l'église a été qualifié de "bernardin" dans les années 50, pour mieux traduire les idées de Bernard de Clairvaux : croix latine, fondé sur un module carré (à suivre)

Biographie consultée :
Dossier Architecture Citeaux- 98- Les Cisterciens et le Roman - Peter J. Fergusson
Repost 0
Commenter cet article

@lain 03/10/2009 15:10


Bonjour Marie

Je suis désolé de t'avoir délaissée depuis déjà quelques temps. Je n'ai pas d'excuses.

Je te souhaite un excellent weekend
Bisous
@lain


Marie de Mazan 07/03/2011 10:59



Mon randonneur préféré... tu es tout pardonné !


Marie