Un Alchimiste à Coulommiers sous Louis XIII

Publié le 14 Août 2006

25 juin 1637
Noël Picard, surnommé Dubois, né à Coulommiers, condamné comme magicien, subit la peine capitale. Il avait été présenté par le P. Joseph au cardinal de Richelieu en qualité d'alchimiste. Plusieurs fois il avait opéré et fait de l'or devant Louis XIII et sa cour. Le roi, dans son premier enthousiasme, l'avait nommé chevalier et président des trésoreries de France. La supercherie ne tarda pas à être découverte : Noël était un voleur débauché ; Richelieu préféra le faire passer pour sorcier.  (La France Pittoresque)

 

Louis XIII

 

 

 Sous Louis XIII, un nommé Dubois faisait grand bruit à Paris par ses transmutations. C'était un aventurier qui, après avoir longtemps voyagé comme médecin dans le Levant, se fit capucin et se rendit en Allemagne, où il jeta le froc pour embrasser la religion réformée. De retour en France, il se maria sous le nom de sieur de la Meillerie. Il assurait que la pierre philosophale dont il faisait usage provenait de Nicolas Flamel ; il prétendait l'avoir trouvée dans l'héritage de son oncle, arrière-petit-fils du médecin Perrier, neveu lui-même de Pernelle, femme de Nicolas Flamel. Dubois se vantait, de plus, de connaître la manière de préparer cette poudre. Ces faits arrivèrent à l'oreille de Richelieu, qui fit arrêter l'alchimiste, et lui intima l'ordre de répéter ses expériences devant le roi. En présence de Louis XIII et du cardinal, Dubois changea en or une balle de mousquet que l'on alla prendre dans la giberne d'une sentinelle. Le roi s'empressa d'anoblir cet habile homme ; il fit plus, il le nomma président des trésoreries. Mais Richelieu se montra plus exigeant, il commanda à Dubois de lui communiquer son secret. Sur son refus, le nouveau président fut jeté en prison, et l'on instruisit son procès. Comme il refusait encore de s'expliquer, on lui donna la question. Ainsi pressé, le malheureux dicta quelques procédés qui, immédiatement essayés, furent reconnus faux. N'obtenant rien de plus, le cardinal, furieux, le renvoya au tribunal, qui le condamna comme magicien et le fit pendre. » (article trouvé dans Viamenta.com)

Rédigé par Marie de Mazan

Publié dans #financiers et banquiers

Repost 0
Commenter cet article