le coquelicot de Faremoutiers

Publié le 22 Juillet 2006

Symbolisme du coquelicot

Le coquelicot signifie à l’échelle internationale un ‘’symbole de réminiscence collective’’. Des  pays ont aussi adopté son image pour honorer ceux qui ont fait le sacrifice ultime.

L'association du coquelicot  existe depuis les guerres Napoléoniennes du 19ième siècle, plus de 110 ans avant son adoption au Canada.

Il existe un dossier de cette période  qui explique comment  les coquelicots fleurissaient sur les tombes des soldats dans la région des Flandres en France. Ce premier lien entre le coquelicot et les morts
sur les champs de bataille décrivait comment des champs qui étaient nus avant les batailles se couvraient de fleurs rouge-sang après la bataille.

Juste avant la Première Guerre mondiale, peu de coquelicots poussaient dans les Flandres.
Durant les terribles bombardements de cette guerre les terrains crayeux devinrent riches en poussière de chaux, favorisant ainsi la venue des coquelicots‘’popaver rhoeas’’. La guerre
terminée, la chaux fut rapidement absorbée et les coquelicots ont commencé à disparaître
de nouveau.

C'est le Lieutenant colonel John Mc Crae, un officier médical  canadien durant la Première Guerre mondiale qui a princi)palement participé à l'adoption du coquelicot comme un Symbole du Souvenir au Canada et dans le Commonwealth  Le .Lieutenant-colonel McCrae décédera  suite à une pneumonie, à Wimereux en France (près de Boulogne), le 28 janvier 1918 à l'âge de 44 ans

En avril 1915, John McCrae était en poste près de Ypres, Belgique, la région appelé traditionnellement les Flandres. Ce fut à cet endroit, durant la 2ième Bataille de Ypres, que l’un des combats les plus féroces de la 1ière Guerre mondiale eut lieu. Travaillant dans un poste de secours sur les bancs du canal Yser où il appliquait des pansements à des centaines de soldats  blessés, après vague après vague d’attaques ennemies acharnées, il observa ‘’à quel point nos corps sont très épuisés, mais nos esprits le sont encore davantage. L'impression générale dans mon esprit est l'une d'un vrai cauchemar".

En mai 1915, le jour suivant le décès de son compagnon soldat, Lieutenant Alexis Helmer d’Ottawa, John McCrae écrivait son ouvrage maintenant célèbre, une expression de son angoisse  due à la perte de son ami et une réflexion de son voisinage  – des coquelicots sauvages qui poussaient au milieu de simples croix en bois marquant les tombes improvisées. Ces 15 lignes, écrites dans 20 minutes, capturaient  une description exacte  des vues et bruits de la région où il était.

Le Lieutenant-colonel John McCrae quitta Ypres avec ces quelques lignes mémorables griffonnées sur un bout de papier. Ces mots étaient un poème qui débutaient comme suit: "Au champ d'honneur les coquelicots sont parsemés de lot en lot...’’.Peu savait-il que ces 15 lignes deviendraient  intronisées dans les pensées les plus profondes et les cœurs de tous les soldats qui les entendraient. Avec ces mots, le coquelicot  écarlate devint rapidement le symbole des soldats morts à la guerre

AU CHAMP D'HONNEUR

Au champ d'honneur les coquelicots
Sont parsemés de lot en lot
Auprès des croix. Et dans l'espace
Les alouettes devenues lasses
Mêlent leurs chants au sifflement
Des obusiers.
Nous sommes morts
Nous qui songions la veille encor'
À nos parents, à nos amis,
C'est nous qui reposons ici
Au champ d'honneur
À vous jeunes désabusés
À vous de porter l'oriflamme
Et de garder au fond de l'âme
Le goût de vivre en liberté
Acceptez le défi, si non
Les coquelicots se faneront
Au champ d'honneur

cette fleur qui ressurgit de la terre complètement tourmentée.

Il en surgit une fleur fragile qui peut survivre presque n'importe où – le coquelicot qui nous sert de symbole. Un symbole qui, je crois, devient de plus en plus populaire chez les jeunes, chez des gens de tous les milieux qui s'intéressent à la nature du sacrifice pour des idéaux et à sa signification et qui cherchent à comprendre cela.

discours lors du lancement de la campagne du coquelicot au Canada en 2001)

Rédigé par Marie de Mazan

Publié dans #Faremoutiers - la sainte ville

Repost 0
Commenter cet article