Une journée particulière de Crécy la Chapelle à Faremoutiers

Publié le 14 Juillet 2006

Il était convenu avec Eric d'aller  mardi 11 juillet à Provins, pour prendre les photos du jardin Garnier.

Lors de notre dernière visite dans cette ville, on n'avait pas voulu prendre de photos et depuis mon regret ne cessait de grandir. Il y avait surtout cette statue que j'appelle "la Danseuse" qui m'obsédait  jusque dans mes rêves. Elle semblait me dire : " pourquoi ne m'as tu pas emportée ?  Oui pourquoi tant de perfection dans la réalisation de cette statue ne m'avait pas fait faire  le geste de la prendre en photo? Eric me dit qu'il faut quelquefois apprécier un moment magique sans preuve de mémoire...

N'empêche que j'étais en manque de ma petite danseuse. Alors aujourd'hui mardi nous nous étions promis de nous consacrer uniquement à ce jardin Garnier. Mais voilà que la journée ne s'est pas du  tout déroulée  comme nous l'imaginions.

Sur l'autoroute A4,, nous devions bifurquer vers Disneyland  et prendre la direction Provins.. Il faisait beau, j'étais excitée à l'idée de revoir ma "petite danseuse". Mon coeur était rempli de tendresse.  Le rendez-vous était prometteur de bonheur.

Sans nous en apercevoir, nous étions au guichet de l'autoroute. Eric me signale que l'on a loupé la sortie "Provins" . et que cela va nous retarder. Du coup on prend la direction Crécy la Chapelle, espérant  reprendre notre chemin par la RN 34; J'aperçois la collégiale et fait un signe à Eric de regarder.  Mon Dieu me dit-il , elle est trop belle, on s'arrête juste deux minutes pour prendre quelques photos. le visage d'Eric soudain a changé. Ce n'était plus le citadin qui regardait, c'était quelqu'un d'autre transfiguré  par un appel.. 

Il y avait près du portail, une estafette. Un homme déchargeait du matériel pour le mettre dans l'église.  Un panneau "interdit au public" nous stoppa dans notre élan pour rentrer. Après avoir salué  ce responsable de chantier, je demandais timidement la permission de rentrer quelques minutes pour nous recueillir et prendre quelques photos. Il commença par refuser gentiment mais quand il me vit sur la pointe des pieds pour essayer de voir l'intérieur de l'église et que je n'arrêtais pas de dire à Eric : " que c'est beau, que c'est beau...le responsable avec un grand sourire nous invita à rentrer.  Eric se dirigea  vers une Vierge à l'enfant datant du XIV siècle . immobile, foudroyé par l'émotion., il regardait  le soleil  qui se  projetait sur le choeur  voûté de douze ogives.  

 

Nous sommes repartis, silencieux.  L'église venait de refermer ses portes. Dehors des voitures de randonneurs arrivaient.  Ils parlaient, riaient, prenaient leur sac à dos. Un dernier regard vers un camélia et nous avons repris notre route. direction Coulommiers. U peu plus loin , je vois le panneau Faremoutiers. Je dis à Eric que l'on ne peut pas faire autrement que d'aller à l'abbaye après ce que l'on a ressenti à la collégiale de Crécy.

Connais-tu l'abbaye me demande soudain Eric ?  Par les livres oui, répondis-je  pour avoir étudier  la période carolingienne  principalement.

- Pourquoi la période carolingienne ?

- Parce que je me suis intéresée au testament du comte Eccard de Macon qui a fait don de sa terre de Beton-Bazoches et alentours et que sa soeur Adana était moniale à Faremoutiers.... tout simplement. ! 

La porte de la chapelle était à moitié ouverte. Des soeurs étaient là. On fut acueilli joyeusement par un : "la messe est à 11h30, c'est trop tôt" !

Eric me regardait. Il n'avait pas envie de sortir, moi non plus.   je demandais à une soeur la permission de rester avec elle. Vous savez que c'est la Saint Benoît aujourd'hu, me dit-elle. Oui vous pouvez rester.

-Et sans abuser, peut-on prendre des photos ?

-Mais oui... que voulez-vous prendre ?

- Les fleurs, Marie, saint Benoit et l'autel....

- Oui... prenez votre temps...je vous laisse... 

 

 QUI QUE TU SOIS...

QUI FAIT HALTE UN JOUR

DANS UN MONASTERE,

 

SAIS-TU

ECOUTER

CELUI QUI PARLE DANS LE SECRET DU COEUR AFIN DE LUI REPONDRE

 

   Les soeurs priaient  les yeux fermés. Nous sommes partis sans bruit en refermant doucement la porte.

Un soleil majestueux nous attendait sur le perron.

J'avais oublié ma petite danseuse de Provins. J'étais bien là.... Enfin cette paix intérieure qui irradie le coeur et l'esprit.

Solelska... je pense à toi.

et toi aussi Claude Bayeux...

Viens, me dit Eric on va se promener dans le parc. Tu pourras continuer à méditer...

 les anciennes fondations de l'abbaye.

 

 

Rédigé par Marie de Mazan

Publié dans #Faremoutiers - la sainte ville

Repost 0
Commenter cet article

Joël Vimare 14/07/2006 06:44

Magnifiques, nous avons voyagé avec vous, nous en sommes ébloui par les photos prises par un pro de la beauté  de l\\\'art  et par des commentaires magnifiques qui relèvent le tout. Merci Monsieur Cassagnol et  Merci Madame de Mazan. nous en voulons encore encore.....