il faut tous bouger !

Publié le 13 Juin 2006

Appel au maire de Faremoutiers

MERCREDI  14 JUIN 2006 : 35 JOURS DE GREVE DE LA FAIM
POUR MONSIEUR FONS DE FAREMOUTIERS

 

Nous avons reçu (http://www.district-crecy.com/) un article de M. Guistinati qui souhaite attirer l'attention des lecteurs sur le situation difficile vêcue par un couple de Faremoutiers. Nous nous sommes interrogé sur l'opportunité de mettre en ligne cet article sur notre site alors que nous ne connaissons pas le fond de l'affaire. Nous avons toutefois décidé de le publier car le sujet nous semble suffisemment grave pour décider de l'ignorer. Les propos de l'article n'engagent que leur auteur et nos colonnes sont ouvertes à tous ceux qui souhaiteraient répondre avec le ton et la retenue qui s'imposent . (NDLR)

Le 09 mai 2006 Monsieur FONS agé de 66 ans a entamé une grève de la faim
APPEL à M. le Maire de Faremoutiers
Soyons humains, soyons dignes aidons Mr et Mme FONS ...



 

Un couple de travailleurs est tombé en enfer.
Monsieur FONS est en grève de la faim depuis le 09 mai 2006 et Madame FONS a perdu le sommeil.
Depuis 25 jours, Monsieur FONS âgé de 66 ans ne s’alimente plus en nourriture, il a perdu à ce jour 16 kilogrammes. Il est suivi médicalement par son docteur, mais à cet âge, aller plus loin peut entraîner des traumatismes définitifs.
Ils veulent habiter chez nous, à Faremoutiers, dans leur maison payée avec les économies d’une vie et profiter de la retraite.
Ils voulaient aussi une maison sur mesure pour pouvoir accueillir la grand-mère, bientôt centenaire. Comment cette vieille femme vit elle cette aventure de son coté, verra-t-elle la maison finie ?

C’est toujours la même histoire du pot de terre contre le pot de fer. Ils se retrouvent là car ils n’ont jamais appris à l’école ce genre de combat. Eux ce qu’ils voulaient, c’est une maison pour eux et la grand-mère. Et ils ont payé pour cela, ce n’est pas le genre à discuter ni à voir le mal. Et depuis 6 ans ils ont un chantier arrêté.
Mais aujourd’hui par contre ils refusent tout compromis concernant le non respect des plans initiaux, ils sont comme tous les petits à qui il ne reste plus que la fierté comme espoir. Et devant cela le pot de fer ne peut rien. Et Monsieur FONS se drape dans ce qui lui reste et il ira jusqu’au bout, encore ce soir je l’ai vu en larmes en pensant à la souffrance qu’il fait subir à sa femme. Elle est désespérée.

Monsieur le Maire, Monsieur, vous êtes le premier magistrat de Faremoutiers, c’est un honneur rempli de devoirs, vous avez le pouvoir d’agir, vous avez le devoir d’homme de vous battre pour eux. Il ne s’agit pas de prendre parti dans le problème technique de construction, c’est un travail d’expert, nous ne le sommes pas. Mais vous avez la responsabilité de vos élus et vous avez du pouvoir, ne laissez pas cette affaire s’enterrer avec Monsieur FONS.
Vous pouvez immédiatement déclarer une mise en péril pour cette construction, un pignon est déjà tombé devant une femme et ses enfants et l’autre est un vrai risque pour le voisin.
La mise en péril est évidente et permettrait à Mr et Mme FONS de faire jouer leurs droits vis à vis de l’entreprise et des assurances.
Vous pouvez dans le même temps conduire une délégation chez le préfet de Seine et Marne, autorité de l’état et demander un référé pour obliger immédiatement les différents protagonistes à se réunir en préfecture autour de la table, dans la semaine.
Mr et Mme FONS ne peuvent le faire seuls.
Si vous ne faites rien de concret à dater de ce samedi, nous considérerons qu’il y a mise en danger de la vie d’autrui et non assistance à personne en danger. Les textes de loi français le prévoient. Nous considérerons qu’à compter du samedi 03 juin 2006, tout aggravement de l’état de santé de Mr FONS sera de votre responsabilité de premier magistrat de la ville.
Et nous irons sans vous et en nombre, avec toutes les associations qui depuis le début se battent aux cotés des FONS, l’A.A.M.O.I. et familles rurales entre autres, dès le début de semaine demander audience à Monsieur le Préfet et nous lui tiendrons le même langage.
Monsieur FONS ne mourra pas sous nos yeux, devant notre porte, cet homme, ancien ouvrier, ancien combattant qui honore chaque année les morts des guerres mérite que nous soyons à ses cotés.
Monsieur le Maire, tout le monde compte sur vous et Monsieur et Madame FONS en premier.

Philippe GUISTINATI, Saint Augustin.

 

 

 

 

 

Cet lettre parue sur le blog des brionautes de Crécy la Chapelle a retenue toute mon attention. Une communication d'un représentant de famille rurale sur le site pré-cité confirme la réalitée de cette situation. Je m'autorise donc à rendre public cette lettre informative et dans le cas ou une demande de droit de réponse serait demandée, je la publierai dès réception.

 

 

Posté par 2pasag à 19:06 - Divers - Commentaires [6] - Rétroliens [0] - Permalien [#]

Rédigé par Marie de Mazan

Publié dans #Faremoutiers - la sainte ville

Repost 0
Commenter cet article

Fr@n6 le briard papoteur 14/06/2006 19:19

Conservons l'espoir d'une solution prochaine pouvant satisfaire Madame et Monsieur Fons.
quelque soit le résultat je crois qu'une chaine d'amitiée ne peut que porter ses fruits