du mois d'avril

Publié le 25 Avril 2006

page 89 chapitre XII Jehan de Brie- Le Bon Berger

transcrit en français moderne par Michel Clévenot - Les Presses du Village- Etrepilly

 

Au mois d'avril, le berger doit se lever très matin pour aller voir ses brebis et ouvrir les portes et fenêtres des étables pour leur donner l'air du matin, car il leur fait grand bien. Et le berger doit examiner les champs pour connaître la qualité du temps. Sil fait bon paître, il doit aussitôt faire sortir  ses brebis et lesz mener en pâture. Qui fréquente les champs doit faire bien attention auw vents et aux nuages : car il y a certains vents qui chassent les nuages et les brumes de devant la face du soleiln ce qui fait que l'air devient pur et et serein et qu'ils fait beau temps mais certains autres couvrent l'air de nuages et aamènent la pluie, en particulier un vent que l'on appelle plougel, qui vient de l'occident et qui rend le temps pluvieux par son souffle.

Souvent aussi,  pendant ce mois d'avril, on voit venter et souffler  un vent que l'on nomme galerne, qui vient du septentrion, entre occident  et bise, plus frequemment  qu'aucun  des autres et que les bergers maudissent ainsi que le pays d'où il vient.

En général, le berger doit faire attention aux temps et aux vents, tant au mois d'avril qu'aux autres mois de l'année.  Et il doit  évfiter de mener paître ses brebis  contre le vent de solerre, que certains appellent  Nord, qui vient du côté de midi et qui est  très nuisible  et dommageable aux brebis, car il les fait enfler par son esprit  et son souffle. Aussi le berger doit-il l'éviter autant qu'il peut, car il arrive souvent que, quand les brebis  en sont enflées, il faut y apporter  remède par saignée  ou autrement. Ci-après, nous aprlerons  plus complétement des soins et des saignées.

 

Rédigé par Marie de Mazan

Publié dans #Berger de la Brie

Repost 0
Commenter cet article