historique

Publié le 8 Avril 2006

L'église de Liverdy est sous l'invocation de saint   Etienne, premier martyr.

Plusieurs siècles ont présidé à l'édification de cette église. Il est probable que les premiers travaux ont été entrepris au cours du XIIème sisècle, à cette période dite "du printemps des pierres".

L'église par elle-même est un édifice oblong, très élevé, accompagné d'ailes de chaque côté, mais sans ornements, sans galeries.

Des colonnes existent, probablement destinées à recevoir les arceaux de la voûte.

L'hypothèse avancée par l'instituteur Lemaître, qui a rédigé la monographie de ce village est, qu'il a sûrement manqué des fonds à la famille des Grangier, seigneur de Liverdy qui l'on fait construire.

Une autre idée fut lancée dès 1984, par Monsieur Bayeux qui avait créé une association pour sa restaurantion, qu'une autre église plus vaste mais dont il ne reste que peu de trace a vraisemblablement  été détruite durant la guerre de cent ans.

Toujours est-il que la voûte est en plâtre et que les colonne attendent encore les arceaux.

Dans l'histoire des communes de Seine et Marne, voici ce que l'on peut lire sur cette église :

" L'église à trois nefs, remoente à la transition (XI et XIIeme siècles). Comme beaucoup d'autres, elle a été restaurée dans le style ogival  après les désastres de la guerre(1) Elle l'a été de nouveau après le apssage des Lorrains qui ont saccagé tout le pays (2). mais le style domine dans les masques scuptés des culs de lampe, les chapiteaux des doserets, la voûte de l'ancienne sacristie, le portail et une porte donnant dans le latéral droit. Les piliers circulaires ou rectangulaires supportant à l'intérieur, l'édifice, indiquent une reconstruction du XIIIème siècle. Les Baies sont de la même époque. le porche est vraisembablement de la transition. Les vantaux du portail sont décorés de feuillets à plis.

A noter un grand crucifix de bois entre deux statues de saint Jean et de la Vierge, de même un saint Etienne en bois aux cheveux longs et aux chaussures à bouts carrés. puis un don de la reine amélie : La Mère aux sept douleurs soutenant son fils descendu de la croix, avec des anges portant les instruments du supplice".

Rédigé par marie de Mazan

Publié dans #Liverdy - village de la Liberté

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article