suite..

Publié le 4 Septembre 2008

La règle bénédictine revisitée par Benoit d'Aniane, s'est peu à peu installée dans le royaume franc par le fait aussi  des invasions intempestives des normands. C'est surtout dans l'Aquitaine que les communautés religiieuses diffusent cette règle bénédictine qui peu à peu s'étendra en particulier     à la Bourgogne par le biais de Saint Martin d'Autun où est venu Bernon, le fondateur de Cluny.

Cluny

C'est le fait de chosir u un abbé unique pour la direction spirituelle et temporelle  que Cluny doit en grande partie son essor. La célébration liturgique est réglée dans le moindre détail.   Cette maison comptera jusqu'à 300 moines  pour cette cérémonie. Toute la vie de la congrétation  est sous l'autorité de son abbé qui lui même est chargé de réformer même temporairement  d'autres monastères.

Peu à peu, l'esprit clunisien rentre  peu à peu dans les monastères qui vont appliquer cette vie  et vont essaimer dans toute l'Europe.

Les grandes familles aristocratiques et même la noblesse confient leurs enfants dès le plus jeune âge dans ces écoles monastiques pour apprendre tous les rouages de la liturgie en y melant la subtilité de l'allégorie et le symbolisme.
Cluny va apparaître très tôt comme un riche propriétaire. L'abbé a ses propres vassaux et demande à ses nobles sa défense de ses murailles. La communauté  en effet  peut être amenée en ces temps de trouble d'être obligée de aprticiper à des opérations de guerre.
Mais à la fin de l'abbatiat  de saint Hugues, les difficultés financières se font sentir et des mesures de redressement vont s'imposer car la puissance temporelle de certaines abbayes commence à être critiquée.
(à suivre)




Repost 0
Commenter cet article

Christian 20/10/2008 10:10

Bonjour Marie,Un petit coucou amical pour te saluer !Bises et bonne semaine,Christian

Marie de Mazan 07/03/2011 11:01



Merci Christian. Encore des nouvelles stp !


Marie



Christian 04/09/2008 11:36

Bonjour Marie,Un petit coucou pour te saluer et te souhaiter une bonne journée !Bises,Christian