Antioche - 2 -

Publié le 24 Avril 2008

Bohemond, va secrétement prendre contact avec le chef arménien  Firouz qui va promettre d'ouvrir les portes de la ville.  Suivant toujours son idée, Bohemond va essayer de faire flechir les chefs des croisés pour  prendre l'assaut de la ville, à condition que la forteresse lui revienne. Raymond très en colère, rappelle l'engagement pris au début de la croisade de rendre les places fortes à Alexis Comnène. Mais les autres chefs constatant la situation plus que désespérée acceptèrent de donner la ville à Bohémond.

Etienne de Blois quiite le 2 juin l'armée. D'autres croisés suivent. Firouz ouvre les portes de la ville. Un massacre abominable commence...
La confusion est totale. Des chrétiens tuent des turcs, des croisés tuent des chrétiens et des musulmans . le frère de Firouz , Yaghi- Syian, fut tué par les chrétiens syriaque qui apportèrent sa tête à Bohémond.
Le 3 juin, la ville est maintenant  contrôlée par les croisés. Le fils de Yaghi-Syian  détient la forteresse.
Pendant ce temps, Adhémar de Monteil, légat du pape, remet en place le patriarche  d'Antioche, Jean l'Oxite, souhaitant garder de bonnes relations avec Byzance.
Mais la situation se dégrade par le manque de vivres. L'armée  musulmane de Kerbogha est en route. Elle arrive deux jours plus tard et essaie de prendre la ville le 7 juin. 
Les croisés se trouvent encerclés. D'assiégeants, ils sont devenus assiégés. Les croisés commencent à déserter et rejoignent Etienne de Blois à Tarse.
En route pour Constantinople, Etienne de Blois croise Alexis Comnène, décidé à envoyer de l'aide aux croisés. Mais, à l'annonce du compte rendu par les croisés déserteurs, Alexis Comnène jugeant le peu de chance de survie des croisés retranchés dans la forteresse, retourne sur Constantinople.  ( à suivre)

Repost 0
Commenter cet article