la croisade des Barons

Publié le 5 Avril 2008

Pendant que Pierre l'Ermite attendait devant Constantinople avec sa bande,  les chevaliers  et seigneurs croisés prenaient la route  pour rejoindre la capitale byzantine.




La première troupe à partir en août 1096  fut celle de Hugues de France , frère du roi Philippe 1er de France.
En Italie, il fut rejoint par Guillaume le Charpentier, Clarembaud et Drogon de Nesle rescapés des bandes rhénanes.
A Rome, Hugues de France, reçoit l'étendard de saint Pierre.
De Bari, il longea la côte adriatique et en pleine tempête arriva enfin aux portes de la cité byzantine. Le neveu d'Alexis Comnène, Jean, envoya une escorte pour les accueillir.

Le chef de l'armée Lorraine , Godefroy de Bouillon  quitta son château de Bouillon vers le 15   août 1096 avec son frère Baudoin, et son cousin Baudoin du Bourg  escorté de grands seigneurs  et d'imposants barons. Ils traversèrent les pays rhénans et le royaume de Hongrie, en fait le même chemin que les pauvres diables de Pierre l'Ermite . Mais au fur et à mesure qu'ils avançaient des récits de plus en plus affreux arrivaient aux oreilles des chevaliers sur l'extermination par le roi de Hongrie  de ces pauvres gueux. La garnison du roi attendait les croisés.  Après trois semaines de négociations, une autre version fut confirmée sur les atrocités commises  par d'autres bandes de pelerins qui avaient tués et assiégés la forteresse royale hongroise.
Avec plus de trois cents chevaliers, Godefroy de Bouillon  demanda la paix au roi. Celui-ci accepta et c'est ainsi que le chef lorrain entouré de ses familiers fut reçu au château  pendant plus d'une semaine. Son armée campait un peu plus loin  et commençait à trouver le temps long. Koloman, se décida enfin à assurer la sécurité des croisés en échange d'illustres otages. Il fut décidé que c'est Baudoin du Bourg, sa femme et ses enfants qui serviraient de garantie au roi hongrois.
vers la fin de septembre 1096,  l'armée lorraine traverse  le royaume hongrois   long de plus de trois cent  kilomètres en ordre et en paix. De son côté Alexis Comnène  avait pris la précaution d'envoyer ses ambassadeurs pour garantir la vie de ses chevaliers et exigea aussi de son côté des garanties.
A Malevilla, les otages du roi Koloman,  Baudoin du Bourg et sa famille  furent délivrés.
L'armée Lorraine une fois arrivée à Constantinople va  se heurter tout de suite à Alexis Comnène... (à suivre)
Repost 0
Commenter cet article