La croisade populaire arrive à Constantinople

Publié le 27 Mars 2008

,Seulement trois mois après avoir quittés Cologne, les croisés de Pierre L'Ermite arrivent le 1er août 1096 à Constantinople. Pierre l'Ermite sera bien reçu  ainsi que différents chefs   par l'empereur Alexis Comnène , mais ce dernier ne souhaitait pas avoir dans sa ville toute cette horde incontrôlable.  Ce ne fut que de loin qu'ils purent contempler la merveille de Constantinople. Toute cette foule commença à s'énerver devant un tel mépris de leur personne et devant un tel étalement de richesse  pillèrent les sanctuaires , les maisons, les vergers et les commerces. Au bout d'une semaine de pillage en tout genre, Alexis Comnène fit traverser le Bosphore aux pélerins.
Le 7 août, cette bande mal préparée aux combats , débarque sur la rive asiatique. Là, encore,  des chefs de bande attaquent les villes et les châteaux pour récuperer un butin. Dans les environs de Nicée, ils violent, massacres même les enfants.
Revenant dans le groupe de pélerins, ils se disputent  et provoquent une grave mésentente. Du coup certains chefs se séparent avec leur bande. Pris par surprise par les Turcs, ils seront envoyés comme esclaves dans les provinces turques.
L'autre groupe de pélerins ne se comportaient pas mieux. Les Byzantins malgré leurs efforts pour les faire rester sur place en attendant les renforts , ne purent contenir l'excitation de cette troupe assoiffée de violence. Pierre L'ermite  était reparti à Constantinople pour avoir de l'aide.

Malgré la centaine de chevaliers et de nombreux chefs habilités à commander, le groupe de pélerins n'entendait  plus rien  et fut très vite massacré. Certains réussirent à fuir, mais ils furent peu nombreux comme survivants.Seulement trois mille  purent être récupérés dans un camp très sommaire, près de Civitot. Dans cette vieille forteresse complétement délabrée, ils s'organisèrent prêt à toute éventualité. Mais les vivres, au bout d'un moment commencèrent à manquer. Ils tentèrent une sortie  le 29 septembre sous la protection du chevalier Rainald. Mais les Turcs étaient là. Ils furent tous tués.

La nouvelle
  de ce désastre fit grand bruit quand elle arriva à Constantinople. L'empereur envoya en urgence une flotte pour  rapatrier  le restant des pélerins près de Constantinople en leur donnant l'ordre d'attendre l'armée des barons. (à suivre)
Repost 0
Commenter cet article